Haute-Loire. Les crématistes du Velay s’impatientent… et s’inquiètent - Crematorium.eu News about crematoria in Europe - www.crematorium.eu informs about crematoria in Europe- Krematorium.eu- crematorio.eu, find a crematorium

Search
Go to content

Main menu:

Haute-Loire. Les crématistes du Velay s’impatientent… et s’inquiètent

Published by in French / Francais ·

De revirements en rebondissements, le projet de crématorium n’a guère évolué sur le bassin du Puy. Et la perspective d’un projet bien plus avancé à Saint-Ferréol fait trembler chez les militants vellaves

Les années ont défilé, l’enjeu n’a pas changé. Trente-deux ans après sa création, l’association des crématistes de la Haute-Loire milite toujours pour la construction d’un crématorium au Puy-en-Velay. Avec à sa tête, toujours, le président Hubert Guillon.

Samedi matin, lors de l’assemblée générale (au restaurant l’Insolite au Puy-en-Velay), les crématistes ont fait le point sur l’avancée du projet pour lequel ils n’ont cessé de se battre. Et le bilan serait encourageant si le dossier du crématorium n’avait connu, jusqu’à ce jour, des dizaines de rebondissements. D’abord pressenti à Sanssac-l’Eglise, puis annoncé sur la zone de « Taulhac » au Puy-en-Velay, l’équipement devrait maintenant être construit à Espaly-Saint-Marcel. Sur un terrain situé au « Chachady », que la commune a vendu à la communauté d’agglomération en février. Tout juste un an après que l’installation à « Taulhac » eut été confirmée… puis annulée dans l’été.

Alors les crématistes disent avoir « appris à être prudents ». Ils ne se réjouiront de cet emplacement qu’une fois l’équipement livré. L’appel d’offres pour la gestion et la construction du crématorium devrait être lancé ce mois-ci. Coût du projet qui sera confié à une entreprise privée : 1,5 à 1,7 million d’euros.

Pour les crématistes, l’annonce d’une installation à Espaly-Saint-Marcel est également entachée par le rendu d’une étude d’architecte qui juge la qualité du sol comme « inquiétante », notamment « en raison d’un risque d’éboulements » a rapporté Hubert Guillon. « Reste à trouver l’oiseau rare que ne rebutera pas trop le très médiocre terrain de Chachady » a-t-il ajouté dans la lettre de liaison distribuée aux quatre-vingt-cinq adhérents de l’association.

Pour compléter le tableau, les crématistes de Haute-Loire s’inquiètent aussi du projet qui devrait voir le jour à Saint-Ferréol-d’Auroure, porté par la municipalité. « Ce projet risque de nous couper l’herbe sous le pied puisqu’il est prévu cinq cents crémations par an pour assurer un équilibre financier au gestionnaire du site. »

Les militants ponots se rassurent néanmoins par quelques chiffres. Il y a trente ans, seuls 0,5 % des obsèques passaient par la crémation contre 30 % aujourd’hui.

Or, la Haute-Loire n’a recours à ce procédé que pour 12 % des défunts. Probablement par manque de structure et en raison des difficultés rencontrées pour les transports de corps vers les crématoriums de Clermont-Ferrand ou Saint-Etienne.

Il reste donc une marge de manœuvre. Comme un espoir pour l’association qui refuse de baisser les bras dans son combat visant à « laisser la terre aux vivants ».




No comments

Add to Google
crematorium.eu on Facebook
Back to content | Back to main menu